Cabinet ORL Lausanne

Spécialistes FMH
Nez - Gorge - Oreilles
Adultes et enfants

Un souci ? Demandez-un rendez-vous ou appelez nous au +41 21 323 82 42

Nous sommes ouverts du lundi au vendredi de 08h00 à 18h00

Nos conseils

A bas les cotons-tiges !

Le conduit auditif externe est auto-nettoyant : une fine couche de cire (cerumen) se forme à partir du tympan et s’élimine progressivement vers l’extérieur. Elle protège la peau du conduit auditif contre les infections. Les cotons-tiges ont deux effets nuisibles : ils repoussent vers le fond une cire qui cherche naturellement à sortir et ils privent la peau de sa protection. Presque tous les patients qui viennent nous voir pour des otites externes ou pour des bouchons de cire sont des utilisateurs réguliers de cotons-tiges.

Alors, comment se nettoyer les oreilles ? – En se servant régulièrement du pommeau de douche pour gicler le fond des oreilles puis en se contentant de tamponner légèrement l’extérieur des conduits. Bien sûr, si vous souffrez d’une maladie de l’oreille, par exemple d’une perforation du tympan, il faut être prudent et demander conseil à votre spécialiste.

Pourquoi j’ai mal en avion ?

De nombreux passagers ressentent des douleurs, parfois vives, dans les oreilles ou dans les sinus lorsqu’ils voyagent en avion, et particulièrement lors de la descente. D’où viennent ces problèmes que l’on ne rencontre qu’en avion ? Parce que l’air, dans un avion, est presque complètement dépourvu d’humidité. Dans de l’air très sec, le nez souffre et les phénomènes usuels d’équilibration des pressions sont perturbés.

Pour les éviter, il faut donc humidifier son nez ! On peut le faire à l’aide de petits sprays d’eau physiologique, ou de pommades nasales. C’est simple, bon marché, et cela corrige les effets de l’air sec respiré dans les avions. Cela ne suffit pas toujours. Il faut parfois ajouter un antiinflammatoire. Mais commencez par le début et humidifiez votre nez !

En hiver, chauffer moins et humidifier plus

Votre nez n’aime pas l’air sec. Tout particulièrement si vous devez prendre des médicaments qui dessèchent le nez : diurétiques, antihypertenseurs, antidépresseurs, collyres contre le glaucome, etc. La liste est longue car le nez est sensible. Dès que le chauffage est enclenché, l’humidité de l’air diminue. C’est la cause de beaucoup de nez bouchés en hiver.

Alors un conseil : chauffez le moins possible (20° suffisent) et mesurez l’humidité de votre appartement. Un hygromètre ne coûte qu’une vingtaine de francs. Et si cet hygromètre indique moins de 40% : installez un humidificateur. Encore un conseil tout simple : en hiver, dormez dans une chambre non chauffée, fenêtre fermée !

Ronflements et troubles du sommeil

Vous ronflez et, pire, vous faites des apnées… Que faire ? Le CPAP est-il la seule solution ? Les troubles du sommeil ont des causes diverses, et un bon examen de votre sommeil est souvent nécessaire. Mais aussi un bon examen de votre nez et de votre gorge. Dans certains cas, il suffit d’humidifier la chambre ou le nez, et les ronflements diminuent. Parfois, le port d’une petit appareil dentaire (orthèse d’avancement mandibulaire) constitue une solution simple et efficace. Chez certains patients, on trouve une obstruction du nez ou de grosses amygdales. Chez les enfants et les jeunes, la chirurgie a généralement un effet très bénéfique.

Dans les situations plus graves, le recours à un appareil à pression positive CPAP constitue la seule et la meilleure solution. Il faut même parfois recourir à des interventions chirurgicales plus lourdes, comme la pose d’un neurostimulateur du nerf hypoglosse. Mais le principe doit demeurer le suivant : d’abord les solutions simples.

Docteur, j’ai mal à l’oreille !

Une douleur d’oreille (otalgie) est un symptôme fréquent. Cela peut provenir d’une otite, mais très souvent la cause est ailleurs.

Pour différentes raisons, le cerveau interprète comme une « otalgie » un problème qui se situe ailleurs : une carie dentaire (ou une éruption dentaire chez l’enfant), une infection de l’amygdale, un trouble de l’articulation de la mâchoire, de l’arthrose cervicale, parfois un reflux acide de l’estomac, parfois même une sinusite ou un cancer de la gorge. Le diagnostic d’une otalgie est souvent difficile. On peut certes mettre des gouttes et « attendre que ça passe ».

Mais si la douleur persiste, un examen plus approfondi est nécessaire.

Effets secondaires des médicaments

Tous les médicaments peuvent avoir des effets secondaires. Surtout s’ils doivent être pris durablement et en combinaison avec d’autres (polymédication). Le spécialiste ORL le sait bien, car le nez et la gorge sont des organes particulièrement sensibles aux effets secondaires de très nombreux médicaments. D’autres provoquent des vertiges, ou des maux de tête, ou des reflux acides.

Avant de penser que vous êtes atteint d’un cancer de la gorge ou d’une tumeur cérébrale, interrogez-vous sur les effets secondaires des médicaments qu’on vous prescrit. Et parlez-en à votre médecin. Vous pouvez probablement vous accommoder des effets secondaires d’un médicament nécessaire à votre santé, à condition qu’on vous l’explique.

Un enfant doit respirer par le nez !

Un enfant qui respire par la bouche est un enfant malade. Rhumes à répétition, faux-croup, otites, bronchites, troubles du sommeil, difficultés d’alimentation : tous ces problèmes ont souvent leur origine dans le simple fait que l’enfant ne parvient pas à se servir de son nez. Après quoi viennent certains troubles logopédiques, psychologiques ou orthodontiques. Que les choses puissent s’arranger vers 8 ou 9 ans ne justifie pas qu’un petit enfant soit perturbé dans son développement par son obstruction nasale.

Le diagnostic est très simple : si un enfant a constamment la bouche ouverte, c’est parce qu’il ne parvient pas à respirer par le nez. Le traitement est lui aussi souvent très simple : l’ablation des végétations, une opération extrêmement bénigne qui consiste à retirer cette « troisième amygdale » qui obstrue l’arrière-nez. Une opération presque toujours miraculeuse : dès le lendemain, l’enfant a la bouche fermée…et dort paisiblement ! Il y a bien sûr des situations plus complexes, mais elles sont rares.

La médecine ORL

L’oto-rhino-laryngologie est la partie de la médecine qui s’occupe de l’oreille, du nez et de la gorge.

C’est pourquoi le médecin qui pratique cette spécialité est appelé « ORL » ou « Nez-gorge-oreilles ». Son activité est médicale et chirurgicale. La chirurgie cervico-faciale désigne la chirurgie des structures du visage et du cou.

L’ORL soigne les maladies des voies respiratoires supérieures : nez bouché, sinusite, rhume ou rhinite, maux de gorge, angines, pharyngites, laryngites, sensation de corps étranger. Ces maladies peuvent se manifester par des allergies (rhume des foins), ou par de la toux, des maux de tête (céphalées ou migraines), un trouble de la voix. Parfois une perte de l’odorat (anosmie) ou du goût (agueusie). Elles peuvent perturber la respiration nocturne et entraîner des ronflements ou des apnées (syndrome d’apnées du sommeil).

L’ORL soigne les maladies de l’oreille : oreille bouchée, surdité, douleurs d’oreilles (otites), vertiges.

L’ORL soigne aussi les tumeurs : tumeurs bénignes ou cancers dans le nez ou les sinus, la gorge, le cou, les oreilles ou sur le visage.

L’activité de l’ORL est souvent une médecine d’urgence : parce que les patients ont mal, qu’ils n’entendent plus ou qu’ils saignent. Les saignements de nez (epistaxis) constituent l’une des situations d’urgence les plus fréquentes pour l’ORL. Tout comme la surdité brusque.

L’ORL soigne par des médicaments lorsque c’est possible ; il pratique des interventions chirurgicales lorsque la situation l’exige. L’opération des amygdales (amygdalectomie) et des végétations (adénoïdectomie) est la plus fréquente.

L’activité de l’ORL comporte une large part de prévention : agir sur le milieu environnant au travail ou à la maison permet de prévenir une bonne partie des maladies des voies respiratoires. Se protéger contre le bruit évite certaines dégradations de l’audition.

Pour améliorer l’ouie, si aucun traitement n’est possible, l’ORL collabore avec les audioprothésistes pour adapter aux patients des appareils auditifs qui tentent de corriger la surdité. Dans cette activité, il fonctionne en Suisse comme expert pour les assurances AVS et AI.

L’ORL pratique une médecine de tous les âges : du nourrisson à la personne âgée, l’être humain recourt à tous âges aux services d’un ORL. Dans de très nombreuses situations, l’oto-rhino-laryngologie parvient non seulement à soigner, mais même à guérir les patients et éviter ainsi que leur maladie ne devienne chronique. Toux, maux de gorge, céphalées, rhumes ou sinusites ne sont pas des fatalités : le médecin ORL se préoccupe de pratiquer une médecine efficace, qui est souvent la plus économique.

Nous contacter